Spleen (LXXV)
Les fleurs du mal (1861)
Charles BAUDELAIRE (1821-1867)

    Pluviôse, irrité contre la ville entière, 
    De son urne à grands flots verse un froid ténébreux 
    Aux pâles habitants du voisin cimetière 
    Et la mortalité sur les faubourgs brumeux. 
    
    Mon chat sur le carreau cherchant une litière 
    Agite sans repos son corps maigre et galeux ; 
    L'âme d'un vieux poète erre dans la gouttière 
    Avec la triste voix d'un fantôme frileux. 
    
    Le bourdon se lamente, et la bûche enfumée 
    Accompagne en fausset la pendule enrhumée, 
    Cependant qu'en un jeu plein de sales parfums, 
    
    Héritage fatal d'une vieille hydropique, 
    Le beau valet de cœur et la dame de pique 
    Causent sinistrement de leurs amours défunts. 



Merci d'avoir consulté Spleen (LXXV) de Charles BAUDELAIRE (1821-1867)

Spleen (LXXV) est un extrait du livre "Les fleurs du mal (1861)" - CLE